Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/11/2007

Evènements - Conférence

Version 3.2 - Modifié le 26/02/2008.



Conférence à la Littéraire de Liège du 15/02/2008


A.- La rencontre.

Ma hantise est qu’un dessinateur de bandes dessinées (BD) puisse avoir le gros cou. Une BD, c’est du rêve. Une héroïne, c’est de l’encre sur du papier. Le dessinateur, c’est un poète.

Ainsi en novembre 1982, Natacha venait d’avoir 15 ans, Paul Pevée, médecin à Cheratte, fief de François, m’affirma que son chef scout était un type bien.

Quelques jours plus tard, à l’improviste, je me rendis chez lui afin de le connaître. Sa maman, une charmante femme d’un certain âge, m’ouvrit la porte et me fit pénétrer dans la cuisine où elle me servit un café avec un large sourire. J’avais 36 ans.

Elle me parla de son fiston durant une heure et comme il ne revenait toujours pas nous avons convenu que je reviendrais plus tard. J’étais content de ne pas l’avoir vu. Timide je préférais m’imprégner de l’ambiance des lieux avant de rencontrer celui que je considérais et considère toujours comme un Maître. Je garderai toute ma vie ce contact chaleureux.

Ce fut au début de 1983 que je le rencontrai. Souriant il m’introduisit dans son antre dont les murs étaient couverts de dessins. 

Dans le feu de la conversation je m’entends lui demander s’il accepterait que je conçoive un scénario pour lui et fus le premier étonné d’une réaction positive. Mais il me prévint que cela prendrait beaucoup de temps parce qu’il était surchargé de scénarios.

L’année 1983 fut celle de la réflexion. En décembre je lu dans le Figaro la composition de la drogue qui transforme un homme en zombie et le 21/12/1983 je commençai la première ligne de « Planche à voile pour Natacha » qui devint «  Atoll 66  ».

En 1985 François reçut le scénario, en 2001 il me fit parvenir la planche 1 en brouillon.

L’aventure commençait.


 

2.- Le scénario.

Le scénariste conçoit l’histoire et les dialogues jusqu’à la conception de la dernière image, mais François adore remanier le récit en fonction de son expérience et de sa sensibilité.

Le scénario d’une BD s’apparente à celui d’un film. Le scénariste ou concepteur de l’histoire n’offre pas de différence.  Dans un film le réalisateur gère des acteurs et dans une BD le dessinateur gère des héros de papier.

Bref si une BD est mauvaise ce sera la faute du scénariste mais si elle est excellente ce sera grâce au dessinateur. Et c’est bien comme cela.

Le « code source » de mon récit est l’effet papillon : Un battement d'aile de papillon à Paris peut provoquer quelques semaines plus tard une tempête sur New-York. Edward Lorenz, météorologue, a découvert en 1972 que l’infime variation d’un élément peut s’amplifier progressivement jusqu’à provoquer des changements énormes au bout d’un certain temps.

Adapté à Atoll 66 cela devient une gigantesque farce axée sur un double quiproquo, bref c’est du théâtre de plein air. Nous avons l’unité de lieu, une île, et l’unité de temps, 24 heures. Bref une atmosphère.

Bref résumé : Natacha doit remettre un colis dans lequel il y a une paire de lunettes et quelques babioles sans importances. Suite à la bêtise de deux individus et d’un douanier dont le chien n’est pas très futé une partie de l’île va exploser. Chaque chapitre va crescendo jusqu’à l’explosion finale avec trois temps morts prévus pour le repos du lecteur.

Je voulais que le lecteur pense à Natacha à la lecture de toutes les cases, 2 trucs :

1. - Le kidnapping. Si un être cher est kidnappé on pensera obligatoirement à lui tous les jours. Mais s’il est en vacances on n’y pensera que de temps en temps. Et pourtant dans l’un et l’autre cas la personne chère sera absente.

2.- Le second moyen fut la «  blessure » provoquée par l’absorption partielle d’une drogue destinée à transformer un être humain en zombie. Les ingrédients mentionnés sont exacts mais la recette restera secrète.

Victor Hugo, Léopold Sedar Senghor sont mon brin de poésie, les petits gags, les références aux Rolling Stones et autres sont de François Walthéry.

En fin de récit le lecteur ignore ce qu’il y a dans le colis, c’est voulu afin de réaliser éventuellement une suite. Elle devra être originale, haletante et devra surprendre le dessinateur. C’est un défi. Le lecteur est respecté, l’histoire est terminée.

3.- Présentation de François Walthéry.

Daltonien, né pour dessiner des « petits Mickets », mais pas pour les mettre en couleur, enfant de Cheratte, près de Liège en Belgique, il vit parmi les pigeons. (Le vieux Bleu).

Collectionner des statues de Tchantchès ou des nains de jardin serait « normal », mais chez lui vous ne verrez ni Tchantchès, ni Schtroumpfs pourtant il a dessiné l’un et l’autre ainsi que Pipo, Jacky et Célestin, Benoît Brisefer, Johan et Pirlouit, le p’tit bout d’chique

D’une gentillesse rare il sait ce qu’il veut. Jamais il ne vous contredira car il a le sens inné de la diplomatie. Il suffit d’un regard, voire d’un silence plus ou moins long et vous aurez compris que votre idée, quoique excellente, n’est peut-être pas la bonne.

Riche en amitié, c’est un être profond. Il est fidèle envers ses maîtres que sont Mittéï, Peyo, Cauvin, Tillieux, qui furent aussi ses scénaristes, ou bien Franquin qu’il vénère.

Natacha est née en novembre 1967 avec Gos, François Walthéry avait 21 ans. Quarante ans plus tard il publie « Atoll 66 » sa 20ème aventure. C’est un double anniversaire. C’est aussi les 10 ans des éditions Khâni.

4.- Présentation de Bruno Di Sano.

Dans un garage un superbe dessin de femme fixé au mur par 4 punaises s’appelle une pinup. Avant d’être dessinateur Bruno Di Sano fut mécanicien automobile. Il aime dessiner des « femmes punaisées ».

Son héroïne s'appelle Johanna, en collaboration avec François Walthéry mais en 2007 il reprend la série Rubine , aventures policières américaines sur scénarios de Mythic.

A cette conférence nous avons l’honneur d’accueillir François-Xavier Nève de Mévergnies, linguiste de haut niveau.

- Tu auras remarqué, François-Xavier, que les quelques phrases en wallon ne correspondent pas au stress de la scène vaudoue. C’est notre clin d’oeil à la culture wallonne.

- François-Xavier, accepterais-tu de poser la première question ?

L'histoire

Version 4.03 - 28/09/2008

Chapitre 2.- Atoll 66 ou Planche à voile pour Natacha.

Je savais que François Walthéry aimait le jazz et jouait de l’harmonica. Il a dessiné un livre « musical » avec Patrick Dewez, « Mambo à Buenos Ayres » avec Van Linthout aux décors et Thoots Thielemans à l’harmonica.


Cette histoire fut conçue en écoutant du jazz. François perçut un rythme « rock ‘n roll » et les méchants prirent des têtes empruntées aux Rolling Stones.

Comme j’ignorais si mon scénario serait retenu j’ai conçu une histoire intemporelle pouvant s’adapter à n’importe qui.

Le nom initial du comte de Froidbermont était "Comte de la Priz dà Cou-Hanh" ? Cela m'avait permis de sortir quelques pages plus loin "... votre compte électrique". 

Ce nom ne fut pas retenu par François parce que l’histoire devait être traduite en 8 langues et mon gag n’aurait été valable qu’en français.

Personnellement j’estime que les personnages secondaires doivent avoir une histoire.

C’est un comte issu d'une très vieille famille portugaise dont un neveu, jeune mousse, avait accompagné Christophe Colomb à bord de la Santa Maria en 1492. Le hasard fit qu'il fut à côté de la vigie. Ce fut lui qui découvrit l’Amérique pendant que la vigie se bourrait une bouffarde.

Christophe Colomb avait d’abord sollicité le Portugal avant l'Espagne. Ainsi la présence du mousse. La famille de la Priz dà Cou-Hanh a conservé le récit anecdotique et en est très fière. Mais la grande Histoire n'a retenu que le nom de Christophe Colomb.

Ce fut l'origine de la fête et de notre aventure. Je désirais restituer dans un autre contexte l'histoire de cette prestigieuse famille. Son ami, Auguste Mouton, irlandais de pure souche, propriétaire d’un vaste domaine à Tiha-Tiha a conservé son nom.

François avait carte blanche et pouvait tout faire avec mon scénario. Il a choisi le Comte de Froidbermont dont j'ignore l'histoire mais j’imagine que celle-ci doit être palpitante.

Et comme écrit un journaliste, Gaston Lecocq, j’ai introduit une égérie, Vaïtiare qui devient Téha sous la plume de François. Téha étant le prénom de l’épouse de Gauguin.

Scénario : Bruxelles. Lors d’une soirée de gala dans une somptueuse propriété du quartier des ambassades, Natacha est abordée par le majordome de la maison qui lui demande un petit service : porter un petit colis (contenant une paire de lunettes) à son fils, cuisinier sur l’atoll de Tiha-Tiha où, justement le lendemain Natacha y fera escale.

Cela vaudra à notre hôtesse une série de péripéties tout à fait inattendues, tout le monde semblant vouloir s’emparer du mystérieux colis, au grand déplaisir de Natacha qui aura souvent l’occasion de regretter son empressement à rendre service…

Heureusement, Walter, toujours aussi maladroit mais dévoué, volera au secours de sa chère hôtesse, avec l’aide de Téha, superbe et mystérieuse « vahiné ». Nos amis se heurteront à une belle collection d’affreux dans une aventure trépidante.

Ce sont les 40 ans de Natacha, sa 20ème aventure et les 10 ans des éditions Khâni. François Walthéry et Bruno Di Sano on mis tout leur savoir-faire dans un graphisme somptueux, tout en courbes et en mouvements. Les décors minutieux de Bruno Di Sano apportent une touche unique à cet album d’exception.


19178ce6e4c5e39f1fc41c7eb0eb1fb5.jpg

Les traits lumineux sont les voiles qui remuent sous la chaleur dégagée par le radiateur. C’est du grand art.

a23e57c4799951865db566bcb00cc26e.jpg


Dans la mer de rochers la Fiat blanche de Natacha fut totalement démolie.

N’ayant plus d’auto Jacques, un ami, lui a prêté sa Morgan. La plaque est celle de Paul Pevée, médecin à Cheratte, en remerciement. (Lire les auteurs).



Bruno Di Sano est un merveilleux décoriste que j’apprécie beaucoup. Il fallait démontrer la difficulté de l’atterrissage. Nous l’avons  conçue en trois images :

  e7f43d16989d358538365cd23f2e8fe7.jpg 

 1.- Les voitures de pompiers et la fumée montrent qu’il y a un problème.


4875ef8c0efbdfb178da0a4b2d387d54.jpg
2.- Le choc des roues sur la piste et les pompiers qui suivent indiquent la vitesse, la réussite de l’atterrissage et les lettres penchées sont le bruit.

 

941bfa16e3eb874822efc15d8047d54d.jpg

 


3.- Le grand art, une journée entière de travail : Le frein qui hurle dans un vacarme assourdissant. Le lecteur est devant l’avion.


Planche 12, case 1

 

 

 5dac8e1378dbddc37df46e40e9592ff3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Ronald David Wood né le 1er juin 1947 dans le quartier de Hillingdon à Londres  est connu pour sa participation au sein du Jeff Beck Group, des Faces de Rod Stewart et surtout avec les Rolling Stones.

Pas technicien pour deux sous, Ronnie incarne avant tout l'esprit de la guitare et du rock'n'roll.

 

Keith Richards est né le 18 décembre 1943 à Dartford dans le Kent. Il fut viré de chez lui quand son père vit qu'il ne ferait rien d'autre que de la musique.

Fan de Chuck Berry, il en est le digne fils spirituel et ce forçat de la musique s'appliquera à donner un son si particulier aux chansons des Rolling Stones.

Au début des années 60, il assure les parties de guitares avec Brian. En 69, avec l'arrivée de Mick Taylor, il délaisse quelques peu les soli au profit de la rythmique, et ce jusqu'à l'arrivée de Ron Wood.

Au contraire de Mick Jagger, il ne recherche la respectabilité que pour ses qualités de musicien. Pendant longtemps, il fut un grand consommateur de stupéfiants ce qui lui a valu bien des problèmes avec la justice. Des années 70, il n'en garde qu'un souvenir "poudreux", constamment suivi par son médecin personnel au cas où. On lui doit, en partie, durant cette période, Exile On Main Street, Sticky Fingers et d'autres chefs d'oeuvres.

Extrait du site du www.sympathyforthedevils.com.


Téha est mon empreinte. C'est Bruno Di Sano qui la dessine sinon c"aurait été une seconde Natacha nous dit François.

Lorsque j'ai imaginé l'histoire je l'avais appelée Vaïtiare. Ce fut un prénom qui me plaisait et j'avais trouvé une photo d'une jeune manequin dans le journal « La Meuse » de 1981.



0f6ab5ac447abb4f560655ac845beb82.jpg

"Guy d'Artet est aussi le papa de la nouvelle petite camarade de jeu de Natacha, la tout aussi affriolante Téha qui sous ses airs un peu évaporé de Vahiné, cache un jeu que ne renierait pas un certain James B. Alors, à quand les nouvelles aventures de Téha ?" (Gaston Lecocq, Proxi-Liège)


Planche 15, case 6

François présente un hommage à un héros de Tillieux, Bob Bang.

(Image à insérer : Bob Bang saute d’un train.)

Né à Huy en 1922, Maurice Tillieux s’est très tôt intéressé à la bande dessinée et au roman policier. Son goût pour l’aventure le pousse à suivre les cours de l’École de Navigation. 

En 1945, lors de la création de Jeep, il dessine 5 séries en même temps, soit un total de 20 planches mensuelles.

Sous divers noms d’emprunts à consonance américaine (John Cliff, James Jhames, Ronald Scott,...), il dessine les séries créées et scénarisées par son employeur Guy Depière, du Studio Guy. Il dessine notamment Zénobie, personnage féminin dont s’inspirera plus tard Willy Vandersteen pour donner forme au personnage de Bobette.

En 1947, il quitte le Studio Guy et entre à Heroic Albums avec un personnage de marin, Bob Blake, dit "Bob Bang".

Il crée ensuite Félix, le précurseur de Gil Jourdan.

François Walthéry adore mettre des phrases wallonnes dans les moments les plus dramatiques.

67d2c87ad562df7a40bc6eb8a29396f3.jpg

J’avais composé une mélopée en français qui sans être dramatique, n’était pas complètement idiote. « Tous en chœur avec moi : Elle est des nôtres … »

François a repris le chant de l'enterrement de l'Os Matî.

A Liège , en Outremeuse, les fêtes du 15 août se terminent le lendemain par le traditionnel « Ètermin da Matî L’Ohè » ou en français : « L’enterrement de l’Os Matî » Une tradition séculaire qui permet de dire au revoir aux restes d’une fête que l’on souhaite pouvoir revivre l’an suivant.

Cette dernière manifestation, accompagnée des larmes de nombreuses pleureuses, marque la fin de ces festivités liégeoises, et se terminent par un feu d’artifice tiré de la Passerelle.

Dans le cercueil on trouve un énorme os de jambon avec sa bouteille de pèkèt, ses carottes et ses bouquets de céleris.

Les auteurs

Version 4.03 - 27/09/2008

En novembre 1982 je rencontrai Paul Pevée, médecin à Cheratte près de Liège en Belgique.

A la fin de notre entretien il me dit que François Walthéry fut son chef scout et du fond de son grenier il me dénicha un dessin de François réalisé à +/- 17 ans.

Quelques jours plus tard, à l’improviste, je me rendis chez Monsieur Walthéry. Sa maman m’ouvrit la porte. Une charmante femme d’un certain âge qui me fit pénétrer dans sa cuisine et me servit un café avec un large sourire.

J’avais 36 ans. Elle me parla de son fiston durant une heure et comme il ne revenait toujours pas nous avons convenu que je reviendrais plus tard…

En fait j’étais content de ne pas l’avoir vu. Timide je préférais m’imprégner de l’ambiance des lieux avant de rencontrer celui que je considérais et considère toujours comme un Maître. Je garderai toute ma vie le souvenir de ce premier contact, simple et chaleureux.

Ce fut au début de 1983 que je rencontrai le Maître. Souriant, gentil, affable il m’introduisit dans son antre dont les murs étaient couverts de dessins, peintures, œuvres d’arts de ses amis, copains, relations.

Pour un passionné comme moi cela aurait été un réel bonheur si j’avais pu admirer un à un tous ses dessins, mais ce ne fut pas le cas. (Il faudra que je le lui rappelle).

Lorsque je lui demandai s’il accepterait que je conçoive un scénario pour lui, je fus le premier étonné d’une réaction positive. Mais il me prévint que cela prendrait beaucoup de temps parce qu’il était surchargé de scénarios (scénarii).

L’année 1983 fut celle de la réflexion. En décembre je lus dans le Figaro la composition de la drogue qui transforme un homme en zombie et le 21/12/1983 je commençai la première ligne de « Planche à voile pour Natacha » qui devint «  Atoll 66  ».

8cf991bbabc38db1052e81b8667ef392.jpg

De gauche à droite : Bruno Di Sano, François Walthéry, Guy d’Artet.
Photo de Philippe Cauvin venu spécialement de Paris. 



1 - François Walthéry
(17 Janvier 1946) 

Né pour dessiner des « petits Mickets ». Enfant de Cheratte, près de Liège en Belgique, il vit parmi les pigeons. Collectionner les statues de Tchantchès plutôt que les nains de jardin serait normal, mais chez lui vous ne verrez ni l’un, ni l’autre.

D’une gentillesse rare il sait ce qu’il veut. Jamais il ne vous contredira car il a le sens inné de la diplomatie. Il suffit d’un regard, voire d’un silence plus ou moins long et vous aurez compris que votre idée, quoique excellente, n’est peut-être pas la bonne.

D’une richesse incroyable en amitié, c’est un être profond. Il est fidèle à ses maîtres que sont Mittéï, Peyo, Cauvin, Tillieux, ses scénaristes, ou Franquin qu’il vénère. Sa maman, son épouse, son fils … sont tout pour lui. Tout ? Pas tout à fait car je n’ai pas cité « LE » café Braham à Cheratte.

1967 il crée Natacha avec Gos. 40 ans après il publie sa 20ème aventure «  Atoll 66  ». C’est un double anniversaire. C’est aussi les 10 ans des éditions Khâni.

 

2 - Bruno Di Sano (14 Octobre 1951). http://www.disano.be/


Lorsque François commença l’histoire il me dit qu’il sera assisté par
Bruno Di Sano pour les décors.

J’appréciais ses œuvres mais ne connaissais pas l’homme et me réjouissais de le rencontrer. Je lui ai envoyé un mail auquel il a aussitôt répondu avec beaucoup de gentillesse.

4d84744487b5b19110024e9048a2bfd9.jpgAvant d’être dessinateur professionnel, il fut mécanicien automobile. Je pense que c’est de là que lui vient le goût de dessiner des « femmes punaisées » Lorsque vous rentrez dans un garage et voyez un superbe dessin de femme fixé au mur par 4 punaises, cela s’appelle une pinup.

Berthet, Elvgreen… Di Sano et Walthéry dessinent admirablement bien les pinup’s.

Son héroïne s'appelle Johanna, en collaboration avec François Walthéry et Mythic. En sus il va reprendre la série Rubine qui était dessinée par de Lazarre et Boyan, aussi en collaboration avec François Walthéry et Mythic.

Notre collaboration me fit découvrir les « Rubine » qui sont des aventures policières américaines sur un scénario en béton. Géniales, je les conseille vivement. Impossible de s’endormir avant d’avoir terminé l’histoire.






3 - Guy d’Artet
(15 Janvier 1946).

Guy d’Artet est né à Liège, 2 jours avant François Walthéry, le 15 janvier, durant le terrible et sombre hiver 1946. Après des études très correctes, il rêve – car Guy est un rêveur – de faire un métier qui lui laissera du temps pour réaliser sa passion : écrire ! Toutefois, il décide lui-même qu’il n’est pas Zola ou Maupassant et devient assureur-conseil… Ce qui lui laisse tout de même pas mal de temps libre pour écrire…

Il y a déjà quelques années, il propose à François Walthéry un récit qui, pense-t-il, pourrait convenir à Natacha (dont il est secrètement épris)… Sans trop y croire. A sa grande surprise, le maître de Cheratte lui répond « il faudra l’adapter, mais on le fera ! ». Guy est fou de joie !

Ce qui s’appelait alors « Planche à voile pour Natacha » deviendra « Atoll 66 », le numéro 20 de la série. Une des aventures les plus originales de la belle hôtesse de l’air.

Texte de François Walthéry.


3.1 - La signature. 

"Guy d'Artet"

Ne sachant pas dessiner et devant dédicacer quelques fois, je demandai à François un travail un peu spécial, une signature représentant mon nom. C'était aussi un plus pour le lecteur que d'avoir un "dessin" inédit dans son album. 

Le titre initial fut « Planche à voile pour Natacha ». François lui a préféré "Atoll 66" pour deux raisons :

a.- Atoll se traduit dans presque toutes les langues. Natacha en possède huit.

b - Une recherche de 66 sur internet amène route 66, road 66 et il espère que bientôt Atoll 66 apparaîtra. Ce n'est pas bête.

Ainsi je désirais une signature marine pleine de fantaisie. représentant un  bateau de lac. Ce serait une signature marine pleine de fantaisie. Ce serait un bateau de lac.

Le « G » ferait la coque qui se prolongerait par un plongeoir.
La « u » pourrait être un cordage, une bouée.
Le « y » serait le gouvernail.
Le « d » avec un oeil serait l’œil du requin.
L’apostrophe « ‘ » pourrait être une mouette.
Le « A » est parfait pour une voile.
Le « r » a un petit air perdu.
Le « t » fait rêver car il peut servir de grand mât, de petit mât, de girouette …
Le « e » sera muet.
Le « t » suivant sera difficilement un grand mât, ce rôle étant réservé au premier.

e70ac11c5f1bcebcf226a3dd3ed03742.jpg

C’est ici que je passe la main et vous souhaite une excellente lecture. C’est vous amis lecteurs qui par vos lettres exprimerez votre contentement ou vos critiques.

4 - Le correcteur.

Où Serdu passe, la faute trépasse.

a9bf3583eff8c5103e8ffff0f3cd3fb2.jpg



5 - Studio Cerise, le coloriste.

François Walthéry est daltonien, il confond le rouge et le vert. C’est pourquoi un coloriste lui est indispensable. Depuis de très nombreuses années c’est le studio Cerise qui assume cette responsabilité pour le plaisir de tous.



6 - Marsu Productions.

Edite l’album en couleur. Il est tiré à 80.000 exemplaires et édité en huit langues : français - flamand - finlandais - danois - allemand - grec - italien et espagnol.



7 - Editions Khani, l’éditeur luxe pour les fanas.

Editent une édition de luxe en noir et blanc légèrement érotique. Chaque exemplaire est numéroté et signé par François Walthéry.

Le nombre d’exemplaires est limité à 400 et est réservé aux fanatiques de la bande dessinée. Bien évidemment un si petit nombre d’exemplaire ne peut que susciter des convoitises ce qui en fait une sorte de placement.

350 exemplaires sont édités afin de montrer la qualité graphique des dessinateurs en noir et blanc pour les puristes. Aucun droit à l’erreur. 50 exemplaires super luxueux sont édités pour les fanas de la BD avec un dessin original dans l’album.
8.- Le vrai visage de Natacha.

2654832db605983bdc0e71f0dee41c1d.jpg


Tout en début d’album François Walthéry a désiré mettre les auteurs. Or il n’est pas aisé de fixer à trois le même point. Ainsi notre ami Christian Mathoul nous servit de modèle.


Remerciements de l’auteur de ce blog à

François Walthéry et Bruno Di Sano pour les bons moments passés ensemble

à Jean-Pierre Caule (+), Thierri Grondal et Pierre Fontaine (+), premiers correcteurs du manuscrit,

à Guy Jacquemin pour l’aide à la technique du blog.

à Philippe Lambert pour le cocktail d’ouverture dans sa librairie BDscope

à Michel Derriks, Président des Epicuriens Eclairés ainsi qu’à ceux qui l’entourent pour faire la fête : Régine Zurstrassen , Gaëtan Carnoy , Jean-Pierre Crahay , François Lamarche , François Messiaen, redoutable joueur de tennis (en tout cas contre moi) et Baudouin Rabau sans oublier son épouse Brigitte qui m’a drillé lors de ma conférence à la Société Littéraire à Liège

à Leslie et Rebecca Colson, nouveaux propriétaires de la librairie BDscope pour l’aide apportée au suivi de l’album.

 


A mon Petit Cœur qui a relu mon travail avec le sourire.