Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/11/2007

Les auteurs

Version 4.03 - 27/09/2008

En novembre 1982 je rencontrai Paul Pevée, médecin à Cheratte près de Liège en Belgique.

A la fin de notre entretien il me dit que François Walthéry fut son chef scout et du fond de son grenier il me dénicha un dessin de François réalisé à +/- 17 ans.

Quelques jours plus tard, à l’improviste, je me rendis chez Monsieur Walthéry. Sa maman m’ouvrit la porte. Une charmante femme d’un certain âge qui me fit pénétrer dans sa cuisine et me servit un café avec un large sourire.

J’avais 36 ans. Elle me parla de son fiston durant une heure et comme il ne revenait toujours pas nous avons convenu que je reviendrais plus tard…

En fait j’étais content de ne pas l’avoir vu. Timide je préférais m’imprégner de l’ambiance des lieux avant de rencontrer celui que je considérais et considère toujours comme un Maître. Je garderai toute ma vie le souvenir de ce premier contact, simple et chaleureux.

Ce fut au début de 1983 que je rencontrai le Maître. Souriant, gentil, affable il m’introduisit dans son antre dont les murs étaient couverts de dessins, peintures, œuvres d’arts de ses amis, copains, relations.

Pour un passionné comme moi cela aurait été un réel bonheur si j’avais pu admirer un à un tous ses dessins, mais ce ne fut pas le cas. (Il faudra que je le lui rappelle).

Lorsque je lui demandai s’il accepterait que je conçoive un scénario pour lui, je fus le premier étonné d’une réaction positive. Mais il me prévint que cela prendrait beaucoup de temps parce qu’il était surchargé de scénarios (scénarii).

L’année 1983 fut celle de la réflexion. En décembre je lus dans le Figaro la composition de la drogue qui transforme un homme en zombie et le 21/12/1983 je commençai la première ligne de « Planche à voile pour Natacha » qui devint «  Atoll 66  ».

8cf991bbabc38db1052e81b8667ef392.jpg

De gauche à droite : Bruno Di Sano, François Walthéry, Guy d’Artet.
Photo de Philippe Cauvin venu spécialement de Paris. 



1 - François Walthéry
(17 Janvier 1946) 

Né pour dessiner des « petits Mickets ». Enfant de Cheratte, près de Liège en Belgique, il vit parmi les pigeons. Collectionner les statues de Tchantchès plutôt que les nains de jardin serait normal, mais chez lui vous ne verrez ni l’un, ni l’autre.

D’une gentillesse rare il sait ce qu’il veut. Jamais il ne vous contredira car il a le sens inné de la diplomatie. Il suffit d’un regard, voire d’un silence plus ou moins long et vous aurez compris que votre idée, quoique excellente, n’est peut-être pas la bonne.

D’une richesse incroyable en amitié, c’est un être profond. Il est fidèle à ses maîtres que sont Mittéï, Peyo, Cauvin, Tillieux, ses scénaristes, ou Franquin qu’il vénère. Sa maman, son épouse, son fils … sont tout pour lui. Tout ? Pas tout à fait car je n’ai pas cité « LE » café Braham à Cheratte.

1967 il crée Natacha avec Gos. 40 ans après il publie sa 20ème aventure «  Atoll 66  ». C’est un double anniversaire. C’est aussi les 10 ans des éditions Khâni.

 

2 - Bruno Di Sano (14 Octobre 1951). http://www.disano.be/


Lorsque François commença l’histoire il me dit qu’il sera assisté par
Bruno Di Sano pour les décors.

J’appréciais ses œuvres mais ne connaissais pas l’homme et me réjouissais de le rencontrer. Je lui ai envoyé un mail auquel il a aussitôt répondu avec beaucoup de gentillesse.

4d84744487b5b19110024e9048a2bfd9.jpgAvant d’être dessinateur professionnel, il fut mécanicien automobile. Je pense que c’est de là que lui vient le goût de dessiner des « femmes punaisées » Lorsque vous rentrez dans un garage et voyez un superbe dessin de femme fixé au mur par 4 punaises, cela s’appelle une pinup.

Berthet, Elvgreen… Di Sano et Walthéry dessinent admirablement bien les pinup’s.

Son héroïne s'appelle Johanna, en collaboration avec François Walthéry et Mythic. En sus il va reprendre la série Rubine qui était dessinée par de Lazarre et Boyan, aussi en collaboration avec François Walthéry et Mythic.

Notre collaboration me fit découvrir les « Rubine » qui sont des aventures policières américaines sur un scénario en béton. Géniales, je les conseille vivement. Impossible de s’endormir avant d’avoir terminé l’histoire.






3 - Guy d’Artet
(15 Janvier 1946).

Guy d’Artet est né à Liège, 2 jours avant François Walthéry, le 15 janvier, durant le terrible et sombre hiver 1946. Après des études très correctes, il rêve – car Guy est un rêveur – de faire un métier qui lui laissera du temps pour réaliser sa passion : écrire ! Toutefois, il décide lui-même qu’il n’est pas Zola ou Maupassant et devient assureur-conseil… Ce qui lui laisse tout de même pas mal de temps libre pour écrire…

Il y a déjà quelques années, il propose à François Walthéry un récit qui, pense-t-il, pourrait convenir à Natacha (dont il est secrètement épris)… Sans trop y croire. A sa grande surprise, le maître de Cheratte lui répond « il faudra l’adapter, mais on le fera ! ». Guy est fou de joie !

Ce qui s’appelait alors « Planche à voile pour Natacha » deviendra « Atoll 66 », le numéro 20 de la série. Une des aventures les plus originales de la belle hôtesse de l’air.

Texte de François Walthéry.


3.1 - La signature. 

"Guy d'Artet"

Ne sachant pas dessiner et devant dédicacer quelques fois, je demandai à François un travail un peu spécial, une signature représentant mon nom. C'était aussi un plus pour le lecteur que d'avoir un "dessin" inédit dans son album. 

Le titre initial fut « Planche à voile pour Natacha ». François lui a préféré "Atoll 66" pour deux raisons :

a.- Atoll se traduit dans presque toutes les langues. Natacha en possède huit.

b - Une recherche de 66 sur internet amène route 66, road 66 et il espère que bientôt Atoll 66 apparaîtra. Ce n'est pas bête.

Ainsi je désirais une signature marine pleine de fantaisie. représentant un  bateau de lac. Ce serait une signature marine pleine de fantaisie. Ce serait un bateau de lac.

Le « G » ferait la coque qui se prolongerait par un plongeoir.
La « u » pourrait être un cordage, une bouée.
Le « y » serait le gouvernail.
Le « d » avec un oeil serait l’œil du requin.
L’apostrophe « ‘ » pourrait être une mouette.
Le « A » est parfait pour une voile.
Le « r » a un petit air perdu.
Le « t » fait rêver car il peut servir de grand mât, de petit mât, de girouette …
Le « e » sera muet.
Le « t » suivant sera difficilement un grand mât, ce rôle étant réservé au premier.

e70ac11c5f1bcebcf226a3dd3ed03742.jpg

C’est ici que je passe la main et vous souhaite une excellente lecture. C’est vous amis lecteurs qui par vos lettres exprimerez votre contentement ou vos critiques.

4 - Le correcteur.

Où Serdu passe, la faute trépasse.

a9bf3583eff8c5103e8ffff0f3cd3fb2.jpg



5 - Studio Cerise, le coloriste.

François Walthéry est daltonien, il confond le rouge et le vert. C’est pourquoi un coloriste lui est indispensable. Depuis de très nombreuses années c’est le studio Cerise qui assume cette responsabilité pour le plaisir de tous.



6 - Marsu Productions.

Edite l’album en couleur. Il est tiré à 80.000 exemplaires et édité en huit langues : français - flamand - finlandais - danois - allemand - grec - italien et espagnol.



7 - Editions Khani, l’éditeur luxe pour les fanas.

Editent une édition de luxe en noir et blanc légèrement érotique. Chaque exemplaire est numéroté et signé par François Walthéry.

Le nombre d’exemplaires est limité à 400 et est réservé aux fanatiques de la bande dessinée. Bien évidemment un si petit nombre d’exemplaire ne peut que susciter des convoitises ce qui en fait une sorte de placement.

350 exemplaires sont édités afin de montrer la qualité graphique des dessinateurs en noir et blanc pour les puristes. Aucun droit à l’erreur. 50 exemplaires super luxueux sont édités pour les fanas de la BD avec un dessin original dans l’album.
8.- Le vrai visage de Natacha.

2654832db605983bdc0e71f0dee41c1d.jpg


Tout en début d’album François Walthéry a désiré mettre les auteurs. Or il n’est pas aisé de fixer à trois le même point. Ainsi notre ami Christian Mathoul nous servit de modèle.


Remerciements de l’auteur de ce blog à

François Walthéry et Bruno Di Sano pour les bons moments passés ensemble

à Jean-Pierre Caule (+), Thierri Grondal et Pierre Fontaine (+), premiers correcteurs du manuscrit,

à Guy Jacquemin pour l’aide à la technique du blog.

à Philippe Lambert pour le cocktail d’ouverture dans sa librairie BDscope

à Michel Derriks, Président des Epicuriens Eclairés ainsi qu’à ceux qui l’entourent pour faire la fête : Régine Zurstrassen , Gaëtan Carnoy , Jean-Pierre Crahay , François Lamarche , François Messiaen, redoutable joueur de tennis (en tout cas contre moi) et Baudouin Rabau sans oublier son épouse Brigitte qui m’a drillé lors de ma conférence à la Société Littéraire à Liège

à Leslie et Rebecca Colson, nouveaux propriétaires de la librairie BDscope pour l’aide apportée au suivi de l’album.

 


A mon Petit Cœur qui a relu mon travail avec le sourire.










Liens

Fan club de Natacha

Les amis de François Walthéry ASBL

http://walthery.over-blog.com/35-index.html

16:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fan club

Vide

Vide